MENÚ

hourdis (entrevous) en céramique

terminologie

  • Ce sont des pièces qui s'obtiennent à partir du moulage, séchage et cuisson d’une pâte argileuse, et qui servent à la construction de planchers unidirectionnels et réticulaires.

    L’utilisation d'hourdis céramiques offre un grand nombre d’avantages : l'économie en structure grâce à leur poids réduit, l'économie en main d’œuvre grâce à leur facile installation, une plus grande sécurité une fois mis en place grâce à leur résistance mécanique, la possibilité d’être utilisés comme éléments résistants, une grande adhérence au plâtre, au mortier et au béton, ainsi que l’absence de cassure. Enfin, il s’agit d’un produit complètement écologique, qui offre de grandes prestations et un excellent niveau de sécurité.

installation

  • Le terme plancher béton se réfère à la structure superficielle qui constitue la base résistante de sols et de pans de toiture. Il reçoit directement les charges et les transmet aux autres éléments de la structure, permettant ainsi la fonctionnalité du bâtiment.

    En ce qui concerne la transmission des charges, on distingue deux grands types de plancher béton:

    - Unidirectionnels : ils transmettent les charges aux appuis dans une seule direction.

    - Bidirectionnels: ils transmettent les charges dans deux directions principales, généralement orthogonales.

    Notre section de planchers béton de PROCERAN s’intéresse aux planchers béton unidirectionnels pour en souligner les aspects suivants:

    .- Ils transfèrent les charges aux appuis dans une seule direction, vers les deux côtés opposés.

    .- Ils disposent d’éléments résistants qui transfèrent les charges

    .- Pour obtenir un comportement monolithique, il est nécessaire de réaliser l’union entre les nervures.

    .- Le problème se résout avec une couche supérieure de compression et en unissant les nervures dans leur partie supérieure.

    En ce qui concerne leur capacité mécanique, on peut distinguer les parties suivantes:

    .- Parties résistantes : nervures (poutrelles), renforts de négatifs, couche de compression et massifs.

    .- Parties déchargeantes : plancher béton.

    Le processus de construction dépend de la capacité qu’ont les éléments de maintenir leur propre poids pendant l’exécution.

    .- Auto résistantes: il n’est pas nécessaire de monter un cintre.

    .- Semi résistantes: requièrent l’emploi d’un étaiement partiel linéaire.

    .- Non résistantes: requièrent l’emploi d’un cintre sur toute la surface.

  • Continuité des dalles en béton: négatifs

    Les planchers béton bi appuyés supportent des flexions maximales au centre du vide (moments positifs), d’autre part les planchés béton bi encastrés réduisent de moitié le moment au centre et donc requièrent une moindre épaisseur ou section mécanique. Pour obtenir un encastrement avec appui intermédiaire (plancher béton continu), l’union doit pouvoir transmettre des moments négatifs. En conséquence, l’armature doit être tendue pour la face supérieure (négatifs) et comprimée pour la partie inférieure (massif).

  • Étais de bord

    Sur le périmètre des planchers béton, il est nécessaire d’introduire des éléments de jonction qui garantissent le comportement solidaire du plancher.

    La mission principale des étais est de consolider le plancher béton sur tout son périmètre, autant pour le bord que pour les vides internes existants.

qualité

maintenance

  • La section transversale du plancher devra respecter les conditions suivantes:

    a). L’épaisseur minimum de la couche supérieure en béton devra être de:

    - 3 cm sur les poutrelles.

    - 4 cm sur la poutraison.

    - 5 cm dans le reste des cas.

    b). Le profil de la pièce de poutraison devra être conçu pour qu'à n’importe quelle distance « C » de son axe vertical de symétrie, l’épaisseur « H » du béton soit supérieure à C/8 pour les pièces de poutraison résistantes, et à C/6 pour les pièces de poutraison allégées ou bien quand ces pièces n’existent pas.

    c). Pour les poutrelles sans armatures transversales de connexion avec le béton in situ, le profil de la pièce de poutraison devra laisser de chaque coté de la face supérieure de la poutrelle un espace minimum de 3 cm.

    La dalle en béton supérieure contiendra une armature de répartition avec des fils en acier d'au moins 4 mm de diamètre dans les deux directions, et placés à des intervalles non supérieurs à 35 cm dans les deux directions (perpendiculaire et parallèle aux nerfs).

  • armature de répartition

    L’armature de répartition joue un rôle essentiel dans la distribution transversale des charges partielles, et évite la fissuration du revêtement de la face inférieure du plancher béton.

    Elle sert à répartir les fissures produites par la rétraction et les variations la température. .

    Elle apporte de la résistance, à la surface du plancher béton, contre les forces horizontales qui jouent sur l’ensemble de la structure.

    Elle sert aussi à assurer la liaison entre le plancher béton et le reste de la structure, contre les actions imprévues.

  • armature minimale longitudinale

    Cette armature minimale, formée par au moins 2 barres, devra être placée dans toute la zone inférieure de la poutrelle et au moins dans la zone de la tête supérieure qui sera soumise à des moments négatifs. En plus, dans le cas d’une trame extrême ou isolée, elle devra aller jusqu’au bout de la pièce, au moins un tiers de l’armature maximale des moments positifs, et dans la trame inférieure au moins un quart. Le reste de l’armature inférieure, si les nerfs sont préfabriqués, devra être placé symétriquement par rapport au centre de la poutrelle.

    Dans les planchers à béton avec des poutrelles en béton pré-tensionné, l’armature passive minimale, dans la zone de moments négatifs, devra offrir les mêmes qualités que dans les planchers à béton construits avec des poutrelles armées.

  • bétonnage des planchers.

    Le béton devra être commandé en indiquant sa résistance caractéristique, la taille maximale du gravât et sa consistance. Normalement, la taille maximale du gravât est limitée à 20 mm. La consistance dépendra de la baisse pendant l’essai du CÔNE DE ABRAMS, en acceptant des valeurs de 6 à 9 cm (consistance faible) qui, avec la tolérance acceptée en EHE de +/- 1 cm, donnent une fourchette de réception de 5 à 10 cm. Cette consistance facilite le vibrage et évite que le béton frais se sèche trop à cause de la transmission d’eau au béton existant, ce qui diminuerait la résistance au répandage. Il est conseillé d’arroser la surface du béton préfabriqué et de le laisser sécher pour bétonner ensuite.

    Avant de passer au bétonnage, il faudra nettoyer les moules, les pièces préfabriquées et les hourdis. Pour les pièces composées, il peut arriver qu’elles se salissent avec de la poussière ou du sable pendant leur stockage sur le chantier, provoquant ainsi une diminution notable de la résistance. Il est donc important de s’assurer que les surfaces sont propres en les nettoyant avec de l’air comprimé dans la zone de stockage. Si le nettoyage se fait à l’emplacement définitif, on ne fait que « changer la poussière de place »

    Le bétonnage ne pose pas de problèmes car la hauteur de versement est petite. Ne pas oublier que le béton doit être déposé contre le béton préalablement versé.

Esta web utiliza cookies, puedes ver nuestra política de cookies aquí. Si continuas navegando estás aceptándola
Política de cookies +